Voyage culinaire au Vietnam : La cuisine du monde

Plat vietnamien au boeuf

Le Vietnam est souvent considéré comme l’un des pays asiatiques à la cuisine la plus fine et la plus raffinée. Ici, tout est une histoire d’équilibre des goûts et des saveurs pour créer des plats tous plus savoureux les uns que les autres.

L’autre grande spécificité de la cuisine du Vietnam est sa diversité. En effet, le pays s’étend sur près de 2000 kilomètres, il est donc généralement divisé en 3 grandes régions : le nord, le centre et le sud. Chacune de ces régions possède une identité qui lui est propre et donc des spécialités culinaires tout aussi spécifiques.

La cuisine du nord du Vietnam

Le bun cha

Le bun cha est sans doute l’une des spécialités les plus savoureuses du nord du Vietnam. Il s’agit d’un plat à base de porc haché et de poitrine grillée, de vermicelles de riz et d’herbes fraîches. Le tout est accompagné d’une sauce légèrement sucrée, servie dans un bol où vous pourrez trempez l’ensemble des ingrédients.

Le bun cha est une véritable institution de la ville de Hanoï. Si, lors d’une balade en ville, vous apercevez une colonne de fumée blanche et une douce odeur de barbecue, ne cherchez plus, installez-vous et commandez un bun cha !

Le pho

Avec le pho, on s’attaque au plat signature de la cuisine vietnamienne. Même s’il paraît très simple (un bouillon de viande, quelques morceaux de poulet ou de bœuf, des nouilles de riz « pho » et des herbes fraîches), il est en réalité bien plus complexe. En effet, on dit souvent qu’il faut près de 24 heures pour réaliser un bouillon qui soit suffisamment goûtu et savoureux.

Il existe des centaines de stands de pho dans les rues de Hanoï. Des plus modestes aux plus luxueux, les Hanoiens auront chacun leur adresse favorite ! En tout cas, vous ne goûterez jamais deux fois au même pho !

La cuisine du centre Vietnam

Le mi quang

Originaire de la province du Quang Nam dans le centre du Vietnam, le mi quang régale bien souvent les voyageurs qui font une halte dans la vieille ville de Hoi An, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Mi Quang est une véritable explosion de saveurs et de textures.

On trouve tout d’abord quelques herbes fraîches dans le fond du bol (comme dans la plupart des plats vietnamiens), puis des nouilles de riz un peu plus larges que les nouilles pho, une ou plusieurs viandes (crevettes, porc, poulet, poisson ou bœuf). Puis, on vient arroser le tout d’un peu de bouillon de viande concentré et parfumé au curcuma, ce qui donne une couleur jaune au plat. Enfin, pour ajouter du croustillant au plat, on ajoute quelques cacahuètes et un morceau de galette de riz au sésame noir.

Le banh bèo

Le banh bèo est un petit plat originaire de la ville de Hué. Ancienne capitale impériale, Hué a accueilli les empereurs de la dynastie Nguyen de 1802 à 1945. Ne souhaitant jamais goûter deux fois au même plat dans l’année, Hué est devenu l’un des centres gastronomique du Vietnam et le cœur de nombreuses créations culinaires dont le banh bèo.

Il s’agit d’un petit gâteau composé de farine de riz et de tapioca et servi dans une petite coupelle, ce qui en fait un petit snack parfait à déguster avec une tasse de thé. On ajoute à ce plat quelques crevettes, de la peau de porc croustillante, un peu d’oignon vert et une sauce poisson pour l’assaisonnement. Une référence à déguster après une visite de la cité impériale de Hué.

La cuisine du sud

Le banh mi

Élu meilleur sandwich du Vietnam et très probablement meilleur sandwich au monde selon les adeptes, le banh mi est reconnu bien au-delà des frontières du Vietnam. Il n’existe pas de recette parfaite, on y trouve toujours une petite baguette, une ou plusieurs viandes, des légumes ou herbes et un peu de mayonnaise ou de sauce pimentée. Chacun y intègre ce qu’il souhaite pour faire du banh mi, SON banh mi.

Le banh mi est originaire de Saïgon, il tient son origine dans la période coloniale française où l’on trouvait facilement des baguettes. Le mot banh mi est d’ailleurs un dérivé vietnamien du mot « Pain de mie ».

Le bo bun

Le bo bun est une salade fraîche vietnamienne originaire du sud du pays. Un plat parfait et léger pour échapper à la chaleur de Saigon. Il est très facile à trouver et à déguster dans les rues de la ville.

Comme son nom l’indique, on y trouve des nouilles de riz « bun », du bœuf sauté aux oignons (« bo »), des herbes fraîches dxont la coriandre, la menthe, la citronnelle. On y trouve aussi des germes de soja et des fines tranches de concombres. Puis, on y ajoute quelques cacahuètes grillées et oignons frits. Enfin, on assaisonne le tout d’une sauce à base de nuoc mam (sauce poisson), vinaigre, sucre et piments.

Le Vietnam recèle de centaines de recettes. Une vie ne suffirait sans doute pas à goûter toutes les saveurs de la cuisine vietnamienne. Cependant, lors d’un voyage au Vietnam, il est possible de faire un joli tour d’horizon de ce que le Vietnam a de meilleur à offrir dans l’assiette. Que ce soit lors d’une session street food dans le vieux quartier de Hanoï, ou lors d’un cours de cuisine dans la ville impériale de Hué.

Pour tenter l’expérience de la cuisine vietnamienne il faut simplement vous y rendre, si vous êtes à la recherche d’une vraie expérience de voyage et de gastronomie vietnamienne, vous pouvez partir pour un voyage sur mesure avec Carnets d’Asie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *